Claude NICOLET

Le site de

Autres articles récents

  • Amiante: meurs et tais toi!

    28 juin 2017 - 612 clic(s)
    Amiante. Communiqué de presse du MRC Dunkerque-Littoral. La proposition faite par le parquet de mettre un terme aux investigations concernant de nombr...
  • Emmanuel Macron, et maintenant?

    08 mai 2017 - 1329 clic(s)
    Avec un score de 66% contre 34%, Emmanuel Macron à 39 ans est devenu président de la République française.Il convient de lui adresser nos voeux de réu...
  • De Paméla Anderson et de la politique

    27 janvier 2017 - 1061 clic(s)
    "Mal nommer un objet c’est ajouter au malheur de ce monde, car le mensonge est justement la grande misère humaine, c’est pourquoi la grande tâche huma...
  • Génération Chevènement. Par Alexandre Devecchio

    18 novembre 2016 - 1701 clic(s)
    Article écrit par Alexandre Devecchio, le Figaro (jeudi 17 novembre 2016) Quinze ans après sa défaite à la présidentielle, l’ancien ministre de l’Inté...

MRCCommuniqué de presse de Claude NICOLET, secrétaire national du MRC en charge de la Citoyenneté et de la Laïcité, Conseiller Régional Nord Pas de Calais.

Le conseil constitutionnel, dans sa décision n° 20123-297 QPC (Question Prioritaire de Constitutionnalité) du 21 février 2013, considère que le régime concordataire dans les départements d'Alsace et de Moselle et la rémunération des ministres du culte par l'Etat, ne sont pas contraire à la Constitution et au principe de laïcité.

Dans l'état actuel du droit et de la constitution il pouvait difficilement en être autrement. Certes en 1905, cette région faisait partie de l'empire allemand et on comprend bien les raisons historiques et politiques qui ont permis de maintenir le statut quo jusqu'à nos jours .

Cependant l'Etat doit-il se désintéresser de l'organisation des cultes? Je ne le pense pas. Pour cela il doit avoir les moyens d'intervenir et avoir son mot à dire non pas sur la spiritualité qui est affaire privée, mais sur l'articulation avec les libertés publiques, de conscience et individuelles.

L'Etat n'a pas à se préoccuper du dogme, en aucune manière, mais doit garantir la liberté de croire ou de ne pas croire, dès lors qu'il n'y a pas trouble à l'ordre public.Ne soyons pas naïfs, mais n'ayons pas de craintes infondées: les enjeux religieux sont de vrais enjeux sociaux, refuser de le voir serait refuser de prendre nos responsabilités. Le rôle de l'Etat républicain est d'abord et avant tout de favoriser l'unité nationale.

Beaucoup de déclarations à l'emporte-pièce ces dernières années ont jetés le trouble et crées artificièlement des tensions, notamment celles sur le caractère supérieur du curé, du rabin ou de l'imam par rapport à l'instituteur. La loi de 1905 a montré toutes ses qualités et nous y sommes particulièrement attachés car elle permet de préserver l'espace public de toute instrumentalisation du fait religieux à des fins politiques. La République est aussi une exigeance philosophique et éthique, condition nécessaire à son développement toujours à conquérir.