Fermeture de l'école Albert Samain, pourquoi tant de hâte?

Albert Samain2Communiqué de presse du MRC Dunkerque-Littoral.

Il est fréquent de procéder à des fermetures ou des ouvertures de classes. Ce sont des moments toujours difficiles (pour les fermetures) mais courants dans la vie d'une collectivité locale. Il faut en effet adapter l'outil scolaire à la réalité démographique de nos villes. Ces ouvertures et fermetures de classes se font à l'initiative de l'Education nationale.

Nous sommes ici dans une situation différente, puisque la municipalité de Dunkerque a fait savoir qu'elle voulait procéder à la fermeture de l'école Albert Samain de Petite-Synthe, dans son intégralité. La ville est en effet propriétaire du bâtiment. Cette décision est perçue par les parents d'élèves et l'ensemble du quartier comme étant brutale et incontestablement, le sentiment d'être mis devant le fait accompli prédomine dans la population. Christian Hutin, le député de la circonscription et maire de Saint-Pol-sur-Mer a tenu à faire savoir qu'il n'avait en aucun cas, été associé à un tel projet qu'il a découvert dans la presse.

Avec une moyenne de 21 élèves par classe, l'école Albert Samain (cinq classes) permet de recevoir dans d'excellentes conditions pédagogiques et d'accueil, les 109 enfants qui y sont actuellement scolarisés. Il n'y a pas de danger immédiat quant au maintien de l'école, même si des ajustements sont toujours possibles. L'Education nationale n'est d'ailleurs pas à l'origine de la demande de fermeture de cet établissement.

Dans ce quartier populaire de Dunkerque, cette qualité est justement l'un des points forts de l'école. Et les parents d'élèves ne s'y trompent pas. Plus qu'ailleurs peut-être, ils savent que c'est déterminant pour la réussite de leurs enfants. Ils ne cessent de le dire haut et fort et ils vivent cela comme une injustice.

Ils savent également que certaines écoles environnantes sont déjà très chargées et ressentent intensément une orientation induite vers l'école de la Meunerie que beaucoup d'entre-eux refusent. Ils se sentent les jouets d'une décision qui leur échappent et dont ils se sentent victimes ainsi que leurs enfants. Le MRC Dunkerque-Littoral tient à leur faire part de sa solidarité dans ce combat qu'ils mènent avec détermination et intelligence.

Rien n'interdit à la mairie d'écouter et d'entendre. Rien n'interdit de prendre le temps de regarder l'évolution du quartier pendant deux voire trois ans. Rien n'interdit de préparer dans de bonnes conditions la répartition des élèves s'il s'avère que la fermeture devient indispensable. L'annonce d'un retrait de la délibération prévue lors du prochain conseil municipal de décembre serait une bonne idée et de nature à apaiser les esprits.

Le comité MRC de Dunkerque-Littoral

AddThis Social Bookmark Button

Faîtes connaître mon site